La question du jour #1

Hier, 22 septembre 2014, Le Soir titrait « Création d’entreprises: Bruxelles à la traîne, net recul en Wallonie »

Création_d’entreprises__Bruxelles_à_la_traîne__net_recul_en_Wallonie___Economie_-_lesoir_be

Je me posais la question suivante: en quoi le nombre d’entreprises créées est une mesure intéressante?

Je pourrais encore comprendre la différence entre les entreprises créées et les faillites, le nombre de nouveaux emplois, le solde d’emplois, l’augmentation de valeur ajoutée … qui sont tous des éléments probablement plus difficilement mesurables. Mais soit, une idée du pourquoi?

En plus l’article s’accompagne de cette phrase « Il (l’auteur de l’étude) pointe également la frilosité des institutions financières à soutenir les projets des candidats entrepreneurs. » La phrase bateau par excellence … grrrrr ….

Lecture: Les 7 piliers de la croissance de Pierre Gattaz

84736100990110L

Un petit post suite à la lecture du livre de Pierre Gattaz « Les 7 piliers de la croissance« .

D’abord, pour ceux qui ne connaissent pas Pierre Gattaz, extrait de Wikipedia:  Il est président du directoire de l’entreprise Radiall depuis 1994. Parallèlement à ses activités de chef d’entreprise, il occupe diverses fonctions au sein d’organisations professionnelles, d’abord sectorielles puis généralistes. Il est élu à la présidence du MEDEF le 3 juillet 2013, succédant à Laurence Parisot.

Bref, c’est plutôt quelqu’un qui  sait de quoi il parle (« ah l’expérience »), et qui quand il participe à des élections, ne fait pas dans le hasard, 95% des voix le 3 juillet 2013 au MEDEF.

De manière générale d’abord, j’ai trouvé le livre d’une facilité déconcertante à lire. Et c’est un point positif. Arrivé au quatrième de couverture, je tire deux conclusions principales. La première, c’est que je suis d’accord (ou plutôt que les mots de Gattaz me parlent) avec une large majorité du contenu. La seconde, c’est que si les propositions de changements semblent évidentes sur papier, le changement, la mise en place, l’exécution … c’est là que résidera la difficulté, encore plus en France qu’ailleurs. Et là, le challenge de Pierre Gattaz à la Présidence du MEDEF sera particulièrement intéressant à suivre.

J’ai aussi trouvé cet homme très diplomate dans son approche, moins énervé qu’une Laurence Parisot par exemple. Cette diplomatie le servira grandement dans ses nouvelles tâches, à coup sûr.

Revenons sur quelques points marquants.

1. « Je ne connais aucune expérience au monde où le « projet social » aurait poussé miraculeusement l’économie.  » C’est un point qui sert de base à une bonne partie du discours du livre. Si l’économie ne tourne pas, on ne pourra pas taxer de plus en plus un gâteau de plus en plus petit, pour financer le social. C’est tellement évident, qu’il est bon de le rappeler, car l’évidence semble parfois bien floue pour nos dirigeants. Il faut donc faire tourner l’économie.

2. « bien que libéral, je suis assez réservé sur cette théorie – référence à la main invisible des marchés – où seules les lois du marché dictent leur règles, sans garde-fou ».  Pierre Gattaz défend un Etat visionnaire, volontariste, qui s’appuie sur les acteurs économiques et académiques. ll ne croit pas à la pure loi du marché, qui peut mener à des dérives.

3. Par contre, quand il propose de rapprocher le public du privé via un stage de 2 ans en PME pour les élèves sortant de l’ENA, je reste dubitatif. Pas sur l’idée, mais sur le fond même, sur ces écoles d’administration publique. N’est-ce pas dès le de départ qu’un décalage est créé?

Je ne vais pas aller plus loin, je dirais juste c’est une bonne lecture, d’autant que Gattaz va pouvoir travailler pour mettre en place ces idées.

Bon courage à Pierre Gattaz pour faire bouger la France!

Un débriefing subjectif du débat présidentiel

Un débriefing subjectif du débat présidentiel du 2 mai 2012.

Sur François Hollande, il se devait de limiter la casse, il a plus que bien réussi. Et c’est cela peut-être le grand enseignement de la soirée. Il a été bousculé (au début surtout), hésitant, il a mis 1 heure à rentrer dans le débat. Mais au final, il n’a pas cédé, il a souvent répliqué. Flanby n’est plus. Hollande sera plus que probablement Président. Et simplement pour ne pas avoir perdu ce débat, il l’a en quelque sorte, gagné.

Sur Nicolas Sarkozy, il se devait de gagner. Il a n’a pas perdu. Il a probablement fait de manière objective un peu mieux qu’un match nul, mais si peu. Sarkozy a perdu les élections, car il est tombé sur un adversaire intelligent, qui a compris que moins il en faisait, plus il protégerait son avance.

Sur le nombre de débats, voilà le sujet le plus évident. Dans une élection tendue, dans une période tendue, je pense que les français avaient droit à ce que les sujets soient traités à fond. Et c’est là le point central. 3h de débat en continu, pour traiter d’autant de sujets, c’est à la fois trop long, en 1 coup, et trop court pour creuser. Trois débats, lundi, mecredi, vendredi, sur 3 thèmes phares: La politique nationale, la politique internationale, et les questions de société. Trois débat d’1h30 à 2h, cela aurait été plus constructif. Pour ne pas avoir compris ou accepté cela,  plus que pour la crainte (injustifiée, cfr ci-dessus) de perdre, François Hollande perd à mes yeux énormément de crédibilité sur son programme.

Sur les présentateurs, la twittosphère a raillé Laurence Ferrari toute la soirée, elle aurait tout autant pu raillé David Pujadas. J’ai lu que les présentateurs avaient joué leur rôle, en étant observateurs et en changeant les sujets pour respecter le temps global, et le temps de parole de chacun. Si c’était la demande de départ … effectivement, ils l’ont fait. Pour ma part, je pense qu’ils auraient du recadrer plus fermement les nombreux hors-sujets. Je pense qu’ils devraient pouvoir noter les questions sans réponse, les rappeler à chacun. Donc, être plus dirigiste, dans le but d’avoir un vrai débat sur le programme et les idées. C’est un avis personnel, bien entendu.

Sur les chiffres, c’était le mecredi de l’humour. Plus de 50% des chiffres cités par l’un ou l’autre candidat sont faux, ou largement interprétés. On a plus d’infos sur Rue89 ou ailleurs. C’est juste anormal. Proposition de mon ami Pierre. Les chiffres sont revus avant le débat, validés, sont acceptés par les candidats. Et on ne peut parler que de ceux-ci. En même temps, on pourrait les afficher pendant le débat. Plus de faux chiffres, juste des explications et des propositions de solutions.

Sur les petites phrases, vous en retrouverez pas mal sur les différents sites politiques et dans les journaux. Perso, j’ai bien aimé la simplicité du « Voilà une promesse, Mr Hollande, que vous n’aurez pas de mal à tenir, vu que je l’ai déjà faite ».

Sur Libération, on peut être un journal partisan, mais de là à publier une Une sur la conclusion du débat, 1h30 avant la fin de celui-ci … il y a des limites, non?

Sur Twitter, on parle de plus de 500.000 tweets dont une belle participation des hommes politiques tous aussi subjectifs les uns que les autres (même les belges). On a pu lire des choses drôles comme

  • « @bruno_walther Hollande offre des iPad aux collegiens, sarkozy offre des epad mais uniquement pour son fils #ledebat »
  • @DadinhoLoketss Sarkozy qui parle de croissance alors qu’il a raté la sienne. #LeDebat
  • @misterclem #LeDebat Pujadas parle de clés et Ferrari nous donne les chronos. En fait c’est passe-partout et passe-temps.

Sur le débat en général, au final je suis particulièrement déçu parce qu’on a peu parlé en profondeur du futur, à cinq ans, à dix ans. François Hollande a passé son temps a attaqué le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Somme toute logique, mais sur 3 heures, c’est triste. Nicolas Sarkozy a lui passé son temps à se défendre et à contre-attaquer en prenant parfois des exemples sous Mitterand. Pas mieux donc. Je suis surpris car cela ressemblait parfois plus à une école primaire  (qui manque d’enseignants donc) qu’à un débat de Présidentielle.

Qu’auriez-vous penser d’une posture différente de Nicolas Sarkozy comme par exemple: « Oui, nous avons fait des erreurs et nous avons fait de réels avancées. Je les reconnais. C’est d’ailleurs sur ces erreurs que je construis mon expérience pour mieux servir les français lors d’un deuxième quinquennat. Cet expérience nationale, européenne et internationale, me permet de proposer des points concrets sur le chômage, etc. Parlons ensemble de nos programmes Monsieur Hollande. » 

 

Nicolas Sarkozy, candidat à la présidentielle 2012 sur le net

Deuxième candidat sous la netloupe subjective: Nicolas Sarkozy
Rappel, l’idée n’est pas de passer les programmes complets en revue, mais plutôt de donner un avis totalement subjectif sur ce que vois sur leur site.

C’est parti pour Nicolas …

Premier foirage, de taille, j’ai mis 5 minutes à trouver le site officiel de campagne. C’est vrai, je n’ai pas configuré mon navigateur pour faire mes recherches en France, en français, mais quand même.

Tapez « Nicolas Sarkozy » dans Google, moi je tombe sur

  1. Wikipedia
  2. La page Facebook du candidat (ok soit)
  3. Le site de l’UMP
  4. Le site de l’Elysée
  5. Sarkozynicolas.com, le site du candidat? Non, un blog indépendant pas très fourni
  6. Un article du monde
  7. Un autre blog non officiel
Fichtre, il est où ce site?
Je tape « Nicolas Sarkozy Présidentielle 2012 » dans Google, pas mieux … même pire:
Bon, comment on fait pour tomber sur le site de campagne?
Je tape dans Google: « Nicolas Sarkozy Présidentielle 2012 site de campagne » .. toujours pas !
Là je tombe sur des blogs, je parcours rapidement, je suis les liens, enfin … le graal (?) … www.lafranceforte.fr
Joli foirage pour démarrer. Enfin, me voilà sur le site qui ressemble à ceci.
Pour information, on y accède également via www.ns2012.fr, ca c’est pas mal, mais ce n’est pas (encore) indexé.

Ce que  j’aime bien

  1. Comme pour le site de François Hollande, joli design et clarté.
  2. Première catégorie « La campagne », introduit le candidat. Le titre de la section est mal choisi, on ne s’attend pas à cela. Le pourquoi je suis candidat reprend l’intervention sur TF1. Malin, la vidéo est en ligne ET le dialogue est retranscrit en-dessous. Pratique à lire, et bien pour l’indexation j’imagine.
  3. Bien mis en avant, la catégorie suivante « Bilan ». Forcément, c’est une catégorie qui n’existe pas chez le concurrent Hollande. Cela pourrait d’ailleurs être un axe de campagne ou de débat final. Je n’ai pas pris le temps de lire tout le bilan. Mais on peut noter des actions réellement pertinentes dans les sujets que je « connais » plus: Le Plan Cancer, La réforme de l’hôpital, la réforme du travail tentée mais qui pour moi n’est pas une réussite (notez bien les politiques belges), la réforme des retraites,  et puis « pour la première fois depuis 1945, le budget de l’Etat aura diminué en 2012 », probablement de manière limitée, mais la plupart des chefs d’états ne peuvent en dire autant. Par contre, je ne vois pas la réforme des universités dans le bilan, ce n’était pas sous Sarkozy?
  4. Les deux catégories Actualités et Agenda recèlent le même contenu pour le moment. Pour l’agenda, je m’attendais à quelque chose de plus prospectif. Quand sort le prochain Petit Nicolas? Où sera le Petit Nicolas dans 2 semaines? Pour le moment, c’est limité à la semaine courante.
  5. Le site est réalisé par Emakina.fr, société du joli groupe Emakina. C’est bon, c’est belge, et finalement, même si Brice le Blévennec est très connu, on ne parle pas encore assez de cette belle réussite entrepreneuriale, qui fait 33 MEUR de CA en 2010. Mais c’est un autre sujet.

Ce qui me désole

Le slogan « La France forte ». Perso je le trouve bateau. En plus, on se retrouve du coup avec les déclinaisons démago du genre « la France forte c’est vous ». Urk. Enfin, faut pas s’étonner qu’ensuite on est parodié.

Le programme. C’est bien simple, il me désole, parce qu’il n’est pas présent sur le site. Pas prêt? Pas encore publique? So what? Moi malheureusement, je passe sur le site aujourd’hui, et je ne compte pas attendre 2 semaines pour mettre mon post en ligne.

Les petits foirages

Si on a déjà dit que le site est introuvable ou que le programme du candidat est introuvable sur le site lui même introuvable, je pense qu’on peut s’arrêter là.

Et les réseaux sociaux?

Sur Twitter, Nicolas Sarkozy a aujourd’hui (mecredi 23 février 2012), 92.951 followers. 

C’est largement moins que Hollande. Quand on pense que le PS accuse Twitter et Facebook de soutenir Sarkozy?   Cela peut paraître ridicule par rapport à Obama par exemple qui en a plus de 12 millions, mais finalement, si on compare à des politiciens belges c’est 10 fois plus, donc cela pourrait suivre une certaine logique.


J’étais négativement surpris par la page  de François Hollande, pour Sarkozy, plus de 545.000 c’est un joli score. Les posts sont « Like » par 5000 personnes en moyenne. Notez que Nicolas Sarkozy est toujours derrière Rémy Gaillard et largement, pour rappel plus de 4 millions de fans sur Facebook.

Enfin, sur le contenu, même constat que pour François Hollande, les tweets du candidat sont rarement intéressants.

Quelques exemples de ridicule:

Mais de temps en temps, il fait une petite piqûre de rappel, ici aux expatriés qui votent généralement à droite

Conclusion

Comme toujours, le plus intéressant, c’est le programme. Alors … heuuuu.

Nicolas n’a pas de programme, mais il a un bilan. François lui n’a pas de bilan, mais a un programme. Ils sont peut-être faits pour s’entendre?

On ne peut pas dire que Nicolas Sarkozy puisse redorer son image grâce au net. Je me demande d’ailleurs s’il pourra redorer son image d’une quelconque manière.

Disclaimer

Je suis belge, bruxellois, habitant en Flandres, et je suis profondément européen. Donc Hollande, Sarkozy, Bayrou, je ne devrai pas choisir.

François Hollande, candidat à la présidentielle 2012 sur le net

Allez, un petit tour ce samedi sur les sites des candidats à la Présidentielle.
L’idée n’est pas de passer les programmes complets en revue, mais plutôt de donner un avis totalement subjectif sur ce que vois sur leur site.
On va commencer par François Hollande, les autres principaux candidats suivront dans les semaines qui viennent.
Pas certain qu’ils s’en sortent mieux d »ailleurs.

Donc, c’est parti, on va sur francoishollande.fr et pour démarrer, ca donne :

Ce que  j’aime bien

  1. C’est plutôt joli, et plutôt convivial.
  2. On retrouve Twitter, Facebook, Dailymotion, Flickr. Mais pas toujours pour le mieux, on verra cela plus bas.
  3. J’aime bien le détails de l’équipe de campagne. Balladez-vous dans la liste des différentes thématiques.  C’est là qu’on se dit qu’ils doivent être sérieusement préparer les candidats. Ca doit être passionnant d’être dans une équipe de campagne.
  4. La biographie est sympathique à lire. Ce n’est pas un CV scolaire, c’est déjà ça. Par contre, quand on arrive au bout on se dit « Ok, mais en fait, coco, qu’as-tu fait de concret en dehors de maintenir le navire PS à flot? »
  5. Le projet est clairement présenté. 60 engagements répartis en 4 grandes catégories. Chaque engagement est déclamé en 3 à 4 phrases. Ce n’est pas trop verbeux, et parfois  (pas toujours), il y a du concret et des chiffres. C’est extrêmement lisible. Par contre, dans les chiffres, on peut vite comprendre que le candidat se base sur des hypothèses de croissance qu’il dit « prudentes et réalistes », alors qu’elles sont clairement au-dessus du FMI, de l’OCDE ou de celles d’autres candidats. Et quand on fait une erreur de cap dès le départ … aille. A ce titre, excellente analyse à lire sur CaptainEconomics.

Ce qui me désole

En premier lieu, ce qui me désole c’est qu’on ne peut pas lire une page du site, qui ne critique pas le Président sortant. Je trouve cela détestable. D’abord parce que j’ai toujours détesté la critique de la concurrence dans le business, tout autant qu’en politique. Ensuite, parce que quelque président sortant que ce soit, si nombreuses soient ses conneries, a également réalisé de jolies choses. Et il serait sain de la part de l’autre camp, de parfois pouvoir le souligner. Ce serait faire preuve d’humilité et d’intelligence, deux  qualités qui vont rarement ensemble.

Les vidéos, sur Dailymotion, elles me désolent. Celle-ci, « à la rencontre des français », c’est le sommet, l’apothéose, le pathos absolu. C’est tellement ridiculement démago qu’on a juste envie de la sous-titré du genre: « Il est nécessaire d’aller voir des gens là où ils habitent, là où ils travaillent,  … ». Oui c’est certain, c’est mieux que d’aller les voir aux toilettes. C’est ridicule.

Les petits foirages

Grosse faute de frappe sur la homepage il y a quelques jours. Le pauvre qui a dû se prendre un joli savon.

Quand on arrive la première fois sur le site, on peut inviter ses amis. Et surprise il semble que le site ait des quotas chez son fournisseur

C’est pas grave, on clique sur suivant, mais … pas de chance … il y a un quota sur les SMS également. Halala … encore raté

Un autre petit glitch, quand on se ballade dans le programme, on peut le visualiser avec Scribd. Mais pas de chance, le sizing et la photo ne sont pas vraiment optimum comme vous pouvez le voir ci-dessous. En même temps, ca donne l’impression que Hollande charrie Sarkozy sur sa taille. Au final, je pense que ce cher François est à peine plus grand que de Nicolas, une question de centimètres ces présidentielles?

Et les réseaux sociaux?

Sur Twitter, François Hollande a aujourd’hui (samedi 18 février 2012), 162.050 followers.

Cela peut paraître ridicule par rapport à Obama par exemple qui en a plus de 12 millions, mais finalement, si on compare à des politiciens belges c’est 10 fois plus, donc cela pourrait suivre une certaine logique.


Je suis par contre surpris par la page Facebook, qui accueille 56.914 personnes et dont les posts sont « Like » par 700 personnes en moyenne. Ce sont vraiment des chiffres ridiculement bas. Rémy Gaillard en a plus de 4 Millions. Rémy Président?

Mais tout cela peut aussi s’expliquer simplement. Ce que François Hollande (son équipe en fait) poste sur Twitter ou Facebook  sont surtout des liens (vers des interviews, speechs récents), et encore plus des petits phrases lamentables de démagogie. Voici deux exemples frais du jour.

Le premier, comble de l’attaque de la concurrence. J’attaque en disant que je ne peux pas attaquer, mais bon, je le fais quand même.

Le second exemple (et il nous en sort 10 par jour) est juste … ouaw

Conclusion

Comme toujours, le plus intéressant, c’est le programme. Alors « Lisez le programme !  »

Et puis ce n’est pas le candidat socialiste qui sort grandit pour le moment sur le net. Cela manque d’humilité et surtout, c’est terriblement démago. Mais je pense qu’on n’aura pas forcément mieux ailleurs. A voir d’ici quelques jours.

Disclaimer

Je suis belge, bruxellois, habitant en Flandres, et je suis profondément européen. Donc Hollande, Sarkozy, Bayrou, je ne devrai pas choisir.

Le ministre Furlan veut éviter l’ordinateur dans les isoloirs wallons

Avec des titres pareils, on croit rêver.

Paul Furlan souhaite surtout « ne pas perturber les habitudes des électeurs » qui, en Wallonie, ont l’habitude du vote papier, avec seulement 20 pc de la population qui vote de façon électronique.

Ne pas perturber les habitudes et ne pas réfléchir à un investissement intelligent, réutilisable, voilà bien deux causes d’enlisement.