Nicolas Sarkozy, candidat à la présidentielle 2012 sur le net

Deuxième candidat sous la netloupe subjective: Nicolas Sarkozy
Rappel, l’idée n’est pas de passer les programmes complets en revue, mais plutôt de donner un avis totalement subjectif sur ce que vois sur leur site.

C’est parti pour Nicolas …

Premier foirage, de taille, j’ai mis 5 minutes à trouver le site officiel de campagne. C’est vrai, je n’ai pas configuré mon navigateur pour faire mes recherches en France, en français, mais quand même.

Tapez « Nicolas Sarkozy » dans Google, moi je tombe sur

  1. Wikipedia
  2. La page Facebook du candidat (ok soit)
  3. Le site de l’UMP
  4. Le site de l’Elysée
  5. Sarkozynicolas.com, le site du candidat? Non, un blog indépendant pas très fourni
  6. Un article du monde
  7. Un autre blog non officiel
Fichtre, il est où ce site?
Je tape « Nicolas Sarkozy Présidentielle 2012 » dans Google, pas mieux … même pire:
Bon, comment on fait pour tomber sur le site de campagne?
Je tape dans Google: « Nicolas Sarkozy Présidentielle 2012 site de campagne » .. toujours pas !
Là je tombe sur des blogs, je parcours rapidement, je suis les liens, enfin … le graal (?) … www.lafranceforte.fr
Joli foirage pour démarrer. Enfin, me voilà sur le site qui ressemble à ceci.
Pour information, on y accède également via www.ns2012.fr, ca c’est pas mal, mais ce n’est pas (encore) indexé.

Ce que  j’aime bien

  1. Comme pour le site de François Hollande, joli design et clarté.
  2. Première catégorie « La campagne », introduit le candidat. Le titre de la section est mal choisi, on ne s’attend pas à cela. Le pourquoi je suis candidat reprend l’intervention sur TF1. Malin, la vidéo est en ligne ET le dialogue est retranscrit en-dessous. Pratique à lire, et bien pour l’indexation j’imagine.
  3. Bien mis en avant, la catégorie suivante « Bilan ». Forcément, c’est une catégorie qui n’existe pas chez le concurrent Hollande. Cela pourrait d’ailleurs être un axe de campagne ou de débat final. Je n’ai pas pris le temps de lire tout le bilan. Mais on peut noter des actions réellement pertinentes dans les sujets que je « connais » plus: Le Plan Cancer, La réforme de l’hôpital, la réforme du travail tentée mais qui pour moi n’est pas une réussite (notez bien les politiques belges), la réforme des retraites,  et puis « pour la première fois depuis 1945, le budget de l’Etat aura diminué en 2012 », probablement de manière limitée, mais la plupart des chefs d’états ne peuvent en dire autant. Par contre, je ne vois pas la réforme des universités dans le bilan, ce n’était pas sous Sarkozy?
  4. Les deux catégories Actualités et Agenda recèlent le même contenu pour le moment. Pour l’agenda, je m’attendais à quelque chose de plus prospectif. Quand sort le prochain Petit Nicolas? Où sera le Petit Nicolas dans 2 semaines? Pour le moment, c’est limité à la semaine courante.
  5. Le site est réalisé par Emakina.fr, société du joli groupe Emakina. C’est bon, c’est belge, et finalement, même si Brice le Blévennec est très connu, on ne parle pas encore assez de cette belle réussite entrepreneuriale, qui fait 33 MEUR de CA en 2010. Mais c’est un autre sujet.

Ce qui me désole

Le slogan « La France forte ». Perso je le trouve bateau. En plus, on se retrouve du coup avec les déclinaisons démago du genre « la France forte c’est vous ». Urk. Enfin, faut pas s’étonner qu’ensuite on est parodié.

Le programme. C’est bien simple, il me désole, parce qu’il n’est pas présent sur le site. Pas prêt? Pas encore publique? So what? Moi malheureusement, je passe sur le site aujourd’hui, et je ne compte pas attendre 2 semaines pour mettre mon post en ligne.

Les petits foirages

Si on a déjà dit que le site est introuvable ou que le programme du candidat est introuvable sur le site lui même introuvable, je pense qu’on peut s’arrêter là.

Et les réseaux sociaux?

Sur Twitter, Nicolas Sarkozy a aujourd’hui (mecredi 23 février 2012), 92.951 followers. 

C’est largement moins que Hollande. Quand on pense que le PS accuse Twitter et Facebook de soutenir Sarkozy?   Cela peut paraître ridicule par rapport à Obama par exemple qui en a plus de 12 millions, mais finalement, si on compare à des politiciens belges c’est 10 fois plus, donc cela pourrait suivre une certaine logique.


J’étais négativement surpris par la page  de François Hollande, pour Sarkozy, plus de 545.000 c’est un joli score. Les posts sont « Like » par 5000 personnes en moyenne. Notez que Nicolas Sarkozy est toujours derrière Rémy Gaillard et largement, pour rappel plus de 4 millions de fans sur Facebook.

Enfin, sur le contenu, même constat que pour François Hollande, les tweets du candidat sont rarement intéressants.

Quelques exemples de ridicule:

Mais de temps en temps, il fait une petite piqûre de rappel, ici aux expatriés qui votent généralement à droite

Conclusion

Comme toujours, le plus intéressant, c’est le programme. Alors … heuuuu.

Nicolas n’a pas de programme, mais il a un bilan. François lui n’a pas de bilan, mais a un programme. Ils sont peut-être faits pour s’entendre?

On ne peut pas dire que Nicolas Sarkozy puisse redorer son image grâce au net. Je me demande d’ailleurs s’il pourra redorer son image d’une quelconque manière.

Disclaimer

Je suis belge, bruxellois, habitant en Flandres, et je suis profondément européen. Donc Hollande, Sarkozy, Bayrou, je ne devrai pas choisir.

Publicités

François Hollande, candidat à la présidentielle 2012 sur le net

Allez, un petit tour ce samedi sur les sites des candidats à la Présidentielle.
L’idée n’est pas de passer les programmes complets en revue, mais plutôt de donner un avis totalement subjectif sur ce que vois sur leur site.
On va commencer par François Hollande, les autres principaux candidats suivront dans les semaines qui viennent.
Pas certain qu’ils s’en sortent mieux d »ailleurs.

Donc, c’est parti, on va sur francoishollande.fr et pour démarrer, ca donne :

Ce que  j’aime bien

  1. C’est plutôt joli, et plutôt convivial.
  2. On retrouve Twitter, Facebook, Dailymotion, Flickr. Mais pas toujours pour le mieux, on verra cela plus bas.
  3. J’aime bien le détails de l’équipe de campagne. Balladez-vous dans la liste des différentes thématiques.  C’est là qu’on se dit qu’ils doivent être sérieusement préparer les candidats. Ca doit être passionnant d’être dans une équipe de campagne.
  4. La biographie est sympathique à lire. Ce n’est pas un CV scolaire, c’est déjà ça. Par contre, quand on arrive au bout on se dit « Ok, mais en fait, coco, qu’as-tu fait de concret en dehors de maintenir le navire PS à flot? »
  5. Le projet est clairement présenté. 60 engagements répartis en 4 grandes catégories. Chaque engagement est déclamé en 3 à 4 phrases. Ce n’est pas trop verbeux, et parfois  (pas toujours), il y a du concret et des chiffres. C’est extrêmement lisible. Par contre, dans les chiffres, on peut vite comprendre que le candidat se base sur des hypothèses de croissance qu’il dit « prudentes et réalistes », alors qu’elles sont clairement au-dessus du FMI, de l’OCDE ou de celles d’autres candidats. Et quand on fait une erreur de cap dès le départ … aille. A ce titre, excellente analyse à lire sur CaptainEconomics.

Ce qui me désole

En premier lieu, ce qui me désole c’est qu’on ne peut pas lire une page du site, qui ne critique pas le Président sortant. Je trouve cela détestable. D’abord parce que j’ai toujours détesté la critique de la concurrence dans le business, tout autant qu’en politique. Ensuite, parce que quelque président sortant que ce soit, si nombreuses soient ses conneries, a également réalisé de jolies choses. Et il serait sain de la part de l’autre camp, de parfois pouvoir le souligner. Ce serait faire preuve d’humilité et d’intelligence, deux  qualités qui vont rarement ensemble.

Les vidéos, sur Dailymotion, elles me désolent. Celle-ci, « à la rencontre des français », c’est le sommet, l’apothéose, le pathos absolu. C’est tellement ridiculement démago qu’on a juste envie de la sous-titré du genre: « Il est nécessaire d’aller voir des gens là où ils habitent, là où ils travaillent,  … ». Oui c’est certain, c’est mieux que d’aller les voir aux toilettes. C’est ridicule.

Les petits foirages

Grosse faute de frappe sur la homepage il y a quelques jours. Le pauvre qui a dû se prendre un joli savon.

Quand on arrive la première fois sur le site, on peut inviter ses amis. Et surprise il semble que le site ait des quotas chez son fournisseur

C’est pas grave, on clique sur suivant, mais … pas de chance … il y a un quota sur les SMS également. Halala … encore raté

Un autre petit glitch, quand on se ballade dans le programme, on peut le visualiser avec Scribd. Mais pas de chance, le sizing et la photo ne sont pas vraiment optimum comme vous pouvez le voir ci-dessous. En même temps, ca donne l’impression que Hollande charrie Sarkozy sur sa taille. Au final, je pense que ce cher François est à peine plus grand que de Nicolas, une question de centimètres ces présidentielles?

Et les réseaux sociaux?

Sur Twitter, François Hollande a aujourd’hui (samedi 18 février 2012), 162.050 followers.

Cela peut paraître ridicule par rapport à Obama par exemple qui en a plus de 12 millions, mais finalement, si on compare à des politiciens belges c’est 10 fois plus, donc cela pourrait suivre une certaine logique.


Je suis par contre surpris par la page Facebook, qui accueille 56.914 personnes et dont les posts sont « Like » par 700 personnes en moyenne. Ce sont vraiment des chiffres ridiculement bas. Rémy Gaillard en a plus de 4 Millions. Rémy Président?

Mais tout cela peut aussi s’expliquer simplement. Ce que François Hollande (son équipe en fait) poste sur Twitter ou Facebook  sont surtout des liens (vers des interviews, speechs récents), et encore plus des petits phrases lamentables de démagogie. Voici deux exemples frais du jour.

Le premier, comble de l’attaque de la concurrence. J’attaque en disant que je ne peux pas attaquer, mais bon, je le fais quand même.

Le second exemple (et il nous en sort 10 par jour) est juste … ouaw

Conclusion

Comme toujours, le plus intéressant, c’est le programme. Alors « Lisez le programme !  »

Et puis ce n’est pas le candidat socialiste qui sort grandit pour le moment sur le net. Cela manque d’humilité et surtout, c’est terriblement démago. Mais je pense qu’on n’aura pas forcément mieux ailleurs. A voir d’ici quelques jours.

Disclaimer

Je suis belge, bruxellois, habitant en Flandres, et je suis profondément européen. Donc Hollande, Sarkozy, Bayrou, je ne devrai pas choisir.

Passionate People / Why and How to measure statistics on your website

La présentation du dernier Passionate People est en ligne !

Vous trouverez toutes les infos sur le concept sur le blog Passionate People.

27 mai 2011, « Why and How to measure statistics on your website , Cedric Bream, CEO, InternetVista.

Passionné du Web, Cedric Braem, est CEO d’InternetVista, une infrastructure de monitoring qui veille sur votre site internet 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et fondateur de la FeWeb, la fédération des métiers du web.

Cedric a démarré sa présentation par une revue de l’état de l’art de l’e-marketing: Email marketing, E-advertising, Viral marketing, Buzz marketing, Social marketing, Permission marketing, Black marketing, Search engine marketing.

Pour continuer par le plus important: la mesure de l’efficacité, par le suivi des actions et le contrôle des actions.

D’abord avec le B.A.-BA

1/ le Web Analytics, la mesure, la collecte, l’analyse et le reporting de l’ensemble des données qui vont permettre d’optimiser l’usage de son site. Cedric nous parle des tonnes de métriques possibles et donc de l’intérêt de choisir celles adaptées à son business.

2/ le Web Monitoring: la spécialité d’InternetVista.

Ensuite, les méthodes plus avancées 

Cedric nous présente le modèle d’Avinash Kaushik, auteur du livre Web Analytics 2.0: The Art of Online Accountability & Science of Customer Centricity.
Et finit par une partie sur le qualitatif et le comportement de l’utilisateur, avec deux types de sondages, les proactifs et passifs.
Comme toujours, vous trouverez la présentation en slidecast et sur vimeo.

Voici le slidecast (slideshare + audio) de la présentation

Et la présentation vidéo

Passionate People / From an IDEA … to an APP

La présentation du dernier Passionate People est en ligne !

Vous trouverez toutes les infos sur le concept sur le blog Passionate People.

24 mars 2011, « From an IDEA … to an APP », Renaud Gryspeerdt, CTO & Co-Founder, Agilys.

Ce n’est pas « tous les jours » qu’on a la chance d’avoir un entrepreneur qui vient parler de sa nouvelle société en plein démarrage. Et c’est encore moins « tous les jours », qu’on a la chance d’écouter un entrepreneur-né!

Renaud Gryspeerdt n’a pas la quarantaine, et avec Agilys, lui et ses compères démarrent leur troisième société. Neosys, un des pionniers du développement de sites e-commerce a été revendu en 2001, alors qu’Euremis, spécialisée dans le développement de CRM tournant sur PDA pour les équipes de vente était revendue en 2008 à Proximus. Bravo!

Dans la version vidéo ci-dessous, vous verrez la première partie de la présentation orientée sur l’Innovation, avec la bien connue courbe d’adoption de l’innovation de Rogers. Bien connue certes, mais Renaud nous rappelle qu’une des parties les plus importantes de la courbe, c’est le « chasm » de Geoffrey A. Moore, que de nombreuses startups oublient, en se concentrant trop sur les premiers utilisateurs technophiles, en oubliant le plus grand marché derrière, celui de Monsieur tout le monde.

Le slidecast et la suite de la vidéo se concentre sur Agilys et son premier produit: MyShopi, le shopping Assistant. Deux points m’ont frappé dans la présentation.

D’abord, cette capacité à se remettre en question avec de multiples versions du produit. On sent l’humilité nécessaire pour accepter le feedback d’amis, d’utilsateurs, et pour construire alors un meilleur produit.

Ensuite,  le lancement réussi. Ceux qui habitent en Belgique ont vu la déferlante MyShopi dans la presse écrite (Datanews, Trends/Tendances) et avec cette pub parfaitement ciblée sur l’app iPhone du Soir. On en apprend plus sur cette campagne, et sur ce produit qui est monté jusqu’à la 4ème place du Top sur l’AppStore.

Bravo Agilys!

As usual, vous trouverez la présentation en slidecast et sur vimeo. Vous pouvez monter le son, on entend pas ultra bien.

Voici le slidecast (slideshare + audio) de la présentation

Et la présentation vidéo

Et puis cette géniale petite vidéo de présentation de MyShopi, simple, belle, efficace.

Don’t Just Roll the Dice – A Usefully Short Guide to Software Pricing

Seconde lecture de la semaine, un tout petit livre de Neil Davidson, co-founder and joint CEO of Red Gate Software, founder of the annual Business of Software conference avec le trèèès connu Joel Spolsky.

Un petit livre de 80 pages dont les avis sont très positifs sur Amazon.com. Il est composé de 5 parties principales

Chapter 1: Some – but not too much – Economics
Chapter 2: Pricing Psychology: What is your product worth?
Chapter 3: Pricing Pitfalls
Chapter 4: Advanced Pricing
Chapter 5: What your price says about you (and how to change it)

En lisant les avis et en regardant la table des matières je me suis dit « Ouaw super ! ». Et finalement, c’est une déception. Le seul point réellement intéressant est de parcourir l’ensemble des facteurs qui peuvent jouer sur la construction ou la compréhension du prix.. Mais sinon, il y a peu de contenu, et surtout pas assez de profondeur, on ne fait qu’effleurer les sujets et les exemples sont ultra-simplistes. Dommage.

A vendre sur Priceminister à 50% ? 😉

Idée du jour: TwitElection

En regardant la soirée d’élection du premier tour des régionales 2010 en France, je me suis demandé si l’idée suivante fonctionnerait.

L’idée
L’idée serait d’avoir en temps réel, en cours de journée donc, une estimation des votes de la Twittosphère.

Comment?
Les twitafficionados, dans le bureau de vote ou en sortie, tweeteraient leur vote (ex: « PS #regional2010 »).
Derrière, un outil fetch les tweets tagués, les trie, les géolocalise, et construit en temps réel une joli Google Maps.
Toute la journée, la carte évolue, change de couleur par région.

Pourquoi les gens le feraient?
Principalement et surtout à cause du buzz.
Moi j’y participerais, certainement.

Business?
Non pas vraiment. C’est juste une idée fun.
A part faire un application sur l’App Store à 0,99 EUR pour voter facilement.
Et qui l’achèterait? Les mêmes qui se servent des tic-tac virtuels dans la file de vote peut-être … 🙂

Est-ce légal?
Bonne question.
Puis-je dire à mon voisin que j’ai voté pour l’UMP? J’imagine que oui.
Tout le monde peut-il faire de même, via un outil comme Twitter? Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas.
Puis-je analyser les tweets? Oui
Puis-je diffuser des estimations de votes? Non, ou plutôt pas depuis le pays cible (par ex: en France)

Expérience à tenter?

Passionate People / "Global IT Solutions"

Les vidéos du dernier Passionate People (anciennement Telemis Technology Thursdays) sont en ligne !

Vous trouverez toutes les infos sur le concept sur le blog Passionate People.

25 février 2010, « Global IT Solutions » présenté par Nicolas Tenoutasse, IT architect emerging countries, Manpower.

« Nicolas nous parle de développements et de déploiements de solutions IT pour les entités d’une grosse société. Il expliquera les processus, la problématique et les solutions envisagées dans le cadre de son expérience chez Manpower qui est présent dans 82 pays. »

Voici le slidecast (slideshare + audio) de la présentation

J’ai noté trois phrases pendant la présentation.
1/ La citation de Jacques Séguéla

2/ Manage User Expectations, le classique « il faut savoir dire non », qui prend encore plus de sens dans le cadre de solutions globales.

3/ « Soft is Hard », qui semble prendre tout son sens dans son travail quotidien et tout au long des itérations. A noter que Nicolas est un grand amateur de Donald Knuth.

Comme je suis un pragmatique de nature, j’ai particulièrement apprécié la dernière partie de la présentation qui introduit les 3 itérations concrètes sur lesquelles Nicolas a travaillé. On est dans le coeur, dans les choix, dans les Trials & Errors.

Intéressant, parce que, vu de l’extérieur, on peut se dire « mais pourquoi ces itérations? pourquoi tant d’argent? ». Question à laquelle Nicolas répond « Oui, mais si on était pas passé par là, on ne serait probablement par arrivé où on en est maintenant ».

Software is hard, Global software is even harder?

Et la présentation vidéo

Global IT Solutions from Patrice Roulive on Vimeo.